La connaissance sur la biologie et l’éthologie des moustiques a permis de mettre au point une stratégie de lutte raisonnée, fondée sur l’observation des milieux et les traitements quand le moustique est à l’état de larve, c’est-à-dire dans l’eau. La zone d’action de l’EID Méditerranée qui s’étend sur 220 territoires communaux comprend pas moins de 65 000 hectares de zones humides littorales et rétro-littorales..

Modes opératoires

Nos modes opératoires

Contre les moustiques des zones humides

Une stratégie antilarvaire
Des stocks importants d’œufs de moustiques (viables plusieurs années) sont présents dans les zones humides, car préalablement pondus sur le sol lorsque ces zones sont asséchées. Le déclenchement du cycle biologique du moustique se fait au contact de l’eau. C’est durant la phase aquatique que la lutte contre les moustiques peut s’opérer, car pour des raisons de maîtrise et d'efficacité, elle ne cible que leurs larves . Pour cela, les zones humides sont surveillées toute l’année par des agents dits « prospecteurs ».
En savoir plus

Contre les moustiques vecteurs

La prévention au coeur de la lutte
Le moustique-tigre est remarquable par son installation subite et son caractère agressif. Les habitants concernés rendent alors aussitôt compte de sa présence. Ce vecteur potentiel de virus est un fort nuisant. Ses gîtes de reproduction sont fabriqués par l’Homme, principalement au cœur de l’habitat résidentiel. Intraitable par des moyens insecticides, il justifie des gestes préventifs de la part des particuliers, de maîtrise des eaux domestiques, propres comme sales.
En savoir plus

En zones humides

La mission principale consiste à suivre l’hydrodynamique de ces milieux et à caractériser précisément les éclosions larvaires. La décision de traiter repose sur une appréciation fine de chaque situation au regard des différents enjeux et de l’objectif de contrôle de la nuisance liée aux moustiques « ruraux » pouvant se déplacer en en zone agglomérée.

N’est donc traité que ce qui est nécessaire, avec un bio insecticide larvicide (la bactérie Bti, Bacillus thuringiensis var israeliensis qui cible les larves de moustique), appliqué par des moyens aériens et/ou terrestres selon les situations et les enjeux environnementaux

Chaque année, les opérations de traitement concernent entre 25 000 et 40 000 hectares de zones humides. L’ampleur des superficies cumulées traitées  varie en fonction des conditions météorologiques.