Les Culicidés, appelés moustiques, forment une famille d'insectes appelée Culicidae. Classés dans l'ordre des Diptères et le sous-ordre des Nématocères, ils sont caractérisés par des antennes longues et fines à multiples articles, des ailes pourvues d’écailles et des femelles possédant de longues pièces buccales en forme de trompe rigide de type piqueur-suceur. En 2020, 3 578 espèces de moustiques réparties en 111 genres sont inventoriées au niveau mondial mais un bien moins grand nombre pique l’Homme.

Les moustiques

Les moustiques en général

Cycle de vie / Biologie

Sur la cinquantaine d’espèce du littoral méditerranéen français, un petit nombre d’entre elles pique l’Homme. Les plus fréquentes appartiennent aux genres Aedes, Ochlerotatus et Culex. Les moustiques mâles sont inoffensifs : seules les femelles piquent. Car après accouplement, la femelle a absolument besoin d’un repas sanguin pour porter ses œufs à maturité. Le cycle de vie démarre par la ponte. Puis il faut de l’eau pour que les œufs éclosent et donnent des larves.

Accéder à la page

Nuisants / Vecteurs

Qu’il agisse en tant que simple nuisance, comme sur le littoral méditerranéen français, ou en tant que vecteur de graves maladies, le moustique a toujours été une cible privilégiée . Dans nos régions, c’est le volet de sa nuisance qui pose problème, pour le cadre de vie des populations résidentes et des populations visiteuses, à titre professionnel ou touristique. Mais même sur un mode mineur, la question vectorielle existe, avec la compétence de transmission de pathogènes du moustique-tigre ou du moustique « commun » Culex pipiens. En France métropolitaine et d’outre-mer, elle fait l’objet d’une surveillance rapprochée et d’interventions ponctuelles en cas de déclaration de maladie vectorielle.

Accéder à la page

Moustique-tigre

Aedes albopictus ou moustique-tigre, s’est largement disséminé dans le monde ces trente dernières années. Initialement présent dans les forêts du sud-est asiatique, il est progressivement sorti de son habitat naturel pour s’installer dans des milieux peuplés comportant des petits gîtes larvaires similaires à ceux qu’il occupait en zone forestière (creux d’arbres, bambous coupés, …). Identifié en Albanie dès 1979, présent en Italie depuis les années 1990, il a été observé pour la première fois en France, à Menton, en 2004. Il s’est depuis étendu à une soixantaine de départements métropolitains et devrait à terme concerner la quasi-totalité de l’Hexagone.

Accéder à la page

Espèces

Il existe 3 578 espèces de moustiques dans le monde, 49 sur le littoral méditerranéen français, dont une quinzaine seulement peuvent piquer l’Homme. Deux d’entre-elles, qui ont en sus d’importantes capacités de dispersion spatiale, font principalement l’objet du contrôle sélectif de l’EID Méditerranée. Ces espèces traditionnelles, prises en compte depuis plus de 60 ans, se développent à partir de gîtes de reproduction situés dans les zones humides littorales et rétro-littorales soumises à des submersions temporaires. Soit une dizaine de milliers d’hectares ente l’étang de Berre et la frontière espagnole, traités en fonction des aléas météo, soit 30 000 hectares cumulés en moyenne chaque année.

Accéder à la page

Ressources 

Tout ce qui vole n’est pas moustique…

Il ne faut pas confondre le moustique avec d’autres insectes qui lui ressemblent plus ou moins mais qui :

  • soit ne piquent pas.
  • soit piquent, mais dans des circonstances et des densités incomparables avec celles concernant les moustiques ou, en tout cas, certains d’entre eux.

Pour les reconnaître et ne pas les confondre, téléchargez la plaquette d’information !